Accueil   |  Contact 
Bienvenue à Réseau Ivoire

Houphouët Boigny

Né à Yamoussoukro d'une famille de chefs baoulés, il fut médecin avant de diriger une plantation prospère.

En 1944, Houphouët Boigny fonda le Syndicat agricole africain, à l'origine du Parti démocratique de la Côte-d'Ivoire (PDCI) qui adhéra ensuite au Rassemblement démocratique africain (RDA). Membre des deux Assemblées constituantes françaises en 1945 et 1946, député de Côte-d'Ivoire au Parlement français de 1946 à 1959, d'abord apparenté au groupe communiste puis à l'Union démocratique et socialiste de la résistance (UDSR), il occupa plusieurs postes ministériels durant la IVe République.

En 1958, lorsque le pays acquit son autonomie au sein de la Communauté française, Houphouët-Boigny accéda à la présidence de l'Assemblée constituante de Côte-d'Ivoire, pour devenir Premier ministre un an plus tard. Proche allié de Charles de Gaulle, Houphouët-Boigny rompit pourtant les liens unissant la Côte-d'Ivoire à la France en août 1960 et proclama l'indépendance ivoirienne. Les deux États, cependant, conservèrent des relations étroites, notamment à travers la présence, en Côte d'Ivoire, d'une importante communauté française.

Chef charismatique du PDCI-RDA, Houphoüet-Boigny devint logiquement le premier président de la nouvelle République, lançant son pays sur la voie du libéralisme économique et du «miracle ivoirien» mais imposant, trente ans durant, un pouvoir présidentiel fort, qu'il jugeait nécessaire pour maintenir l'unité nationale dans un État comptant 60 ethnies différentes. Partisan du dialogue entre États africains, il refusa, à l'intérieur, de laisser une place à l'opposition et de mettre fin au régime de parti unique.

En 1979, l'accueil offert à l'ex-empereur centrafricain Bokassa, éloigna du président ivoirien une grande partie de la jeunesse. La construction, en 1990, d'une cathédrale grandiose à Yamassoukro, ville natale du président devenue capitale sept ans plus tôt, accrut l'opposition à un pouvoir déjà affaibli par les accusations de corruption et par la crise économique. Des manifestations contraignirent alors Houphouët-Boigny à accepter le multipartisme. La même année, il fut cependant réélu à la présidence de la République pour la septième fois consécutive, à l'issue d'un scrutin pluraliste l'opposant à Laurent Gbagbo. En mars 1993, Houphouët-Boigny dut affronter une mutinerie de sa garde présidentielle. Son décès, le 7 décembre 1993, jour anniversaire de l'indépendance, ouvrit une période de turbulences, avec notamment une scission au sein du PDCI-RDA et la répression d'un mouvement de protestation étudiant en mai 1994. Le mandat de Félix Houphouët-Boigny fut achevé par le président de l'Assemblée nationale, Henri Konan Bédié.

Quelques Citations d'Houphouët Boigny

« A cette mystique d'indépendance qui n'est pas toujours constructive, nous préférons la mystique de la fraternité. »

« On recommande aux mamans de nourrir leurs enfants jusqu'à ce qu'ils aient poussé des dents, afin que ces enfants les nourrissent quand elles auront perdu les leurs. Les dents de l'Europe et notamment de la France sont encore très solides. »

« Je fais confiance pour ma part à l'intelligence des hommes pour dominer les problèmes matériels à la force de l'amour pour imposer une dynamique de paix. »

« La loyauté doit être la base de toutes nos actions d'où la nécessité absolue d'observer la plus grande tolérance à l'égard des expériences différentes des nôtres. »

« On dit communément dans notre pays que le chemin devant soi peut être bouclé mais pas celui de derrière; là vous avez la ressource de reculer de reprendre le chemin par lequel vous êtes venu. »

« Quand on croit à une vérité, on doit pouvoir s'accrocher désespérément à cette vérité jusqu'à ce qu'il vous soit démontré que vous avez tort. Or, je ne crois pas que nous ayons tort de souhaiter la paix en Afrique par le dialogue. »

« L'Afrique est sensible: elle comprend le langage de la sincérité. Les coeurs africains savent aimer ceux qui les aiment. »

« La cité ivoirienne, elle est bâtie sur un roc inébranlable de solidarité, d'amour et de fraternité. C'est l'oubli des erreurs passées, et c'est avec une totale ouverture de coeur dans la paix, dans la justice, dans la fraternité que nous bâtirons une Côte d'Ivoire riche, prospère, aimée de tous ses fils, admirée et respectée à l'intérieur. »

« Tant que nous vivons sur la terre des hommes, nous aurons des problèmes à régler. L'essentiel, c'est de le faire dans l'union la plus étroite, dans la confiance des uns et des autres. »

« Nos véritables trésors sont le travail, l'unité, la paix intérieure et la paix avec le reste du monde. L'étoile qui illumine la nuit au large de Bassam n'est pas l'annonce d'un nouveau messie, la promesse d'un paradis, et d'ailleurs nous savons que les paradis se perdent. »

« Quand un partenaire industriel impose un prix à leurs marchandises fabriquées, le plus souvent à partir de nos matières premières insuffisamment rétribuées, il n'y a pas la loi du marché, il y a la loi du plus fort. »

« Je disait un jour que notre monde est habité par quatre vilains sentiments: La peur, l'hypocrisie, la jalousie et l'égoïsme. Il faut que chacun d'entre nous s'efforce à tuer ces sentiments là en nous pour qu'une confiance totale s'installe entre nous; nous permettant d'exploiter nos richesses immenses dans l'intérêt de tous et de chacun. »

« Un droit qu'on ne peut pas et qu'on ne doit pas interpréter, c'est le droit à la vie. On doit enseigner au monde le respect de la vie. »

« Ce à quoi aspire notre pays, c'est la paix. La paix totale, la paix des coeurs et des esprits. Si nous voulons rattraper les autres sur le chemin du progrès, il nous faut réaliser ce préalable de paix, la vraie paix, celles des coeurs et des esprits. Elle fortifiera l'unité nationale. »

Retour en haut
Imprimez cet article
Envoyez cet article à un ami
Houphouët Boigny

F. Houphouët-Boigny 1903 - 1993

A lire également

  Condition d'utilisation | Proposer Réseau | Contactez-nous
Copyright © 2005 A.M.N Ltd - Tous Droits Réservés.