Contribution / Election présidentielle 2020

Oui Amadou Gon Coulibaly  est présidentiable !

Qui sera le candidat du Rhdp à la Présidentielle de 2020 ? Avant même que le Parti ne prononce un nom, des rumeurs affirment qu’Alassane Ouattara a déjà positionné Amadou Gon Coulibaly, comme son remplaçant. De ce fait, celui-ci est devenu dans cette désormais guerre de positionnement imaginaire, l’homme à abattre par tous les moyens. Avec toutes les aptitudes qu’il présente, Oui Amadou Gon Coulibaly est présidentiable. Mais laissons le parti prononcer le nom de son futur candidat.

Depuis un certain temps, des personnes ont SEM Amadou Gon Coulibaly dans leur viseur. Le mobile inventé par elles, est qu’Alassane Ouattara a décidé de se retirer de la Présidence à la fin de son mandat et qu’il veut installer son premier ministre comme son remplaçant.

Elles prétendent qu’il n’en a pas le mérite. Ah la rumeur ! Plus elle enfle, plus elle cherche à détruire généralement une ou des personnes à abattre. Parce qu’elles sont dans l’incapacité de lui/leur tenir tête. Leur objectif est qu’en premier lieu, ces personnes veulent semer la confusion entre les militants.

Dans un deuxième temps, elles veulent occasionner la discorde entre le Président et son Premier Ministre. La troisième des choses est que ces gens veulent créer le doute dans la tête des membres influents du Directoire du Rhdp. Ce, parce qu’elles sont incapables de s’affirmer politiquement. Pour jeter encore plus de l’huile sur le feu, elles inventent une guerre de positionnement. Si bien que par détracteurs interposés les dénigrements vont bon train. On pourra le dire, la danse du scalp a commencé.

Quels alibis cherchent-elles, si ce ne sont des moyens pour désunir les hommes et affaiblir le parti ? SEM Amadou Gon Coulibaly à qui on veut faire passer la guillotine, sans pour l’instant avoir été désigné candidat de son parti, n’est pas un parvenu comme le laissent croire ceux qui le disent. Que les accusateurs qui ne savent pas son chemin parcouru, sachent qu’il n’est pas sorti des soutes à bagages du Président de la République. Ce sont ses prouesses qui l’ont hissé au poste qu’il occupe.D’ Houphouët jusqu’à Alassane, l’homme s’est construit à la hauteur de son sérieux dans les études et les postes de responsabilités qui lui ont été attribués. Après son baccalauréat, il a fait ses études à l’École des travaux publics de Yamoussoukro, assorties d’un diplôme d’ingénieur en 1982. Il débute sa carrière d’ingénieur à la Direction et contrôle des grands travaux (DCGTX) en 1983. Ses compétences font qu’il est recruté par le célébrissime architecte Antoine Cesareo. Ce Monsieur qui a construit la plupart des grandes œuvres de Côte d’Ivoire sous l’ère Houphouët. C’est durant cette période, qu’il rencontre Alassane Ouattara. En 1990, alors qu’Alassane devient le tout premier Premier ministre de Côte-d’Ivoire, il intègre son cabinet. Depuis lors s’est scellée une relation privilégiée entre les deux hommes. Au cabinet, il est nommé conseiller technique du président de la République et est chargé des programmes d’ajustement sectoriel, des entreprises publiques et des projets d’investissements publics, dont le gisement gazier de Foxtrot. A la fin du gouvernement Ouattara en 1993, il revient à la DCGTX en qualité de directeur-adjoint. De nombreux postes seront occupés par Amadou Gon Coulibaly.
Le fils de Gon Coulibaly, député sous la présidence Félix Houphouët-Boigny et arrière petit-fils de Péléfero Gbon Coulibaly, chef suprême des Sénoufo et proche du premier président du pays, n’est pas arrivé comme un cheveu sur la soupe. Ce n’est pas non plus le népotisme, qui lui vaut son rang. Il le doit au travail bien fait et à ses compétences. Ces qualités font de lui un alpiniste social, à la force de son intellectualisme et de ses biceps.

SEM Amadou Gon Coulibaly,  actuel premier ministre de Côte d’Ivoire, a toujours été cité pour son excellent travail. Ce ne sont ni les discussions de rue ni de salon qui le disent. Ce sont les experts d’organismes mondiaux qui l’affirment. Certains commentateurs de la scène politique ivoirienne le taxent de personne « sans coffre »,disant qu’il n’a pas le charisme pour gouverner.Mais entre nous, quelqu’un qui n’a pas le charisme et la compétence peut-il à ce stade de la compétition rester plusieurs années premier-ministre ? Des gens vont jusqu’à accuser le chef de l’Etat de cacher les tares de son premier ministre et de lui donner de la faveur, grâce à leur amitié de longue date. Ces dires ne font pas faire avancer le débat. Son entourage sait plus que quiconque, que c’est un ardu à la tâche. il le confesse : « Le vieux est à son bureau avant 7 heures ». Eh bien! c’est le devoir accentué sur les dossiers épineux qui l’appelle très tôt au travail, lui le superviseur des autres ministres. Ce n’est pas par pur hasard, qu’en plus du poste de Premier ministre, ceux du Budget et du Portefeuille de l’Etat, lui ont été alloués. Il y a des icônes qu’on ne déplace pas dans un jeu d’échecs. L’ouvrage ‘’Des racines et des ailes’’, est un témoignage vivant de son parcours. 
Quand quelqu’un réquisitionne ses pensées sur celles du citoyen lambda, l’obligeant à se mettre dans sa peau, il est le personnage qui peut gouverner un peuple. Les déclarations tonitruantes à l’emporte-pièce ne sont pas son genre. Mieux il est consulté pour décanter les situations extrêmes. Amadou Gon Coulibaly (AGC) doit sa place par son combat ponctué de surclassement de soi. Ce sont les bonnes notes accumulées par lui, qui font que la plupart de ses contacts sont à l’extérieur. Parce que ses pairs lui reconnaissent des qualités innombrables. Et c’est cette grande force relationnelle, qu’il met au service du pays. Pourquoi ne peut-on pas réussir, quand on a côtoyé Félix Houphouët-Boigny, Henri Konan Bédié, Alassane Ouattara et  on a survécu à plusieurs vagues ? La traversée des générations, l’apprentissage multiple, sont d’énormes bénéfices qu’il tire à présent. Les gens ont coutume de voir la partie émergée de l’iceberg. Or, l’immergée est la plus volumineuse. Le socle de l’expérience est à ce jour, la racine dont il bénéficie et qui lui donne sa solidité et son efficacité. Ces atouts de présidentiable sont ses capacités d’analyse sur les sujets clés de l’avenir de la Côte d’Ivoire. Ce n’est pas fortuit si lors du premier Congrès du RHDP au stade Félix Houphouët-Boigny, le Président de la République a dit ouvertement qu’il lui confiait d’établir le plan directeur de la Côte d’Ivoire pour 2050. Que ceux qui gesticulent se ravivent ! Mon sens du pragmatisme me permet de demander : « Est-il possible de mettre de l’essence dans une voiture sans moteur ? ». Que non dirait tout le monde ! Répondez–moi par ailleurs :  « Peut-on miser sur un cavalier incapable de tenir en scelle lors d’un concours hippique ? ». Avec l’avancée significative en développement qu’a abordée la Côte d’Ivoire, il faut du calibre pour la gouverner. Et à ce stade de la compétition, quel fusible représente le matricule Amadou Gon Coulibaly ? Ce n’est pas moi militant du Rhdp qui choisis le candidat du parti. Les instances compétentes sont celles qui ont le flair et la compétence pour le faire. Laissons leur le loisir de prononcer un nom. Mais de grâce, cessez détracteurs du Rhdp, de trouver chaussures aux pieds de notre parti.

Dr ABOUA Aboua Gustave

Vice Président / Cercle Libéral

Dr Aboua Aboua Gustave

Parrain du Mouvement politique Horizon RHDP Notre Héritage

Les derniers articles

Actualité

Facebook