Accueil   |  Contact 
Bienvenue à Réseau Ivoire

La Littérature ivoirienne en un clin d'oeil

Bernard Dadié
Bernard Dadié à l'extrême gauche
Deux jeunes Assiniens envoyés à Paris en 1687 par le roi Zéna et protégés par Louis XIV, ou encore l'école ouverte en 1882 par l'épouse du gérant de la première plantation de café accordée à un Français par le roi Amatifou, pourraient être associés aux débuts du français en Côte d'Ivoire. Mais au-delà de l'anecdote, ce qu'il faut souligner d'emblée, c'est la richesse et la diversité des langues voltaïques, mandé, krou, akan ... qui ont dominé (et dominent encore) la vie de la région.

En oubliant que la langue française est une importation récente, on risque aussi d'oublier que les littératures africaines ont été orales avant d'être écrites, essentielles et rituelles avant de devenir contingentes et romanesques. Les recueils de contes, de légendes et de proverbes de Côte d'Ivoire recueillis et traduits en français par François Joseph Amon d'Aby, Marius Ano N'guessan, et d'autres spécialistes de la littérature ivoirienne sont là pour le montrer.

Il n'en reste pas moins vrai que la littérature de langue française a connu un essor considérable en Côte d'Ivoire depuis le milieu du 20ème siècle.
Au nombre des pionniers, on peut mentionner Aké Loba, Pierre Duprey de la Ruffinière ou Zégoua Gbessi Nokan mais la figure de proue de la littérature ivoirienne est sans conteste Bernard Dadié, un des meilleurs écrivains de sa génération, toutes nationalités confondues. C'est à lui que l'on doit la première pièce de théâtre ivoirienne Assémiwen Déhylé (1936), un des premiers romans ivoiriens Climbié et plusieurs autres oeuvres à succès. D'autres auteurs ont aussi su donner un relief et une diversité étonnante aux lettres ivoiriennes.
Parmi eux, citons Ahmadou Kourouma, Jean-Marie Adiaffi, Isaïe Biton Koulibaly, Zegoua Gbessi Nokan, Tidiane Dem, Amadou Koné, Grobli Zirignon, Paul Yao Akoto, Jérôme Carlos Maurice Bandaman...

L'entrée des femmes en littérature date du milieu des années 1970s avec un ouvrage autobiographique de Simone Kaya et, peu après, un petit roman de Fatou Bolli et un autre de Regina Yaou. Depuis, plusieurs femmes se sont lancées dans l'aventure littéraire.

Depuis l'année 1984 qui a marqué 'l'entrée massive des femmes en littérature', comme le dit la romancière, poétesse et présidente de l'association des écrivains ivoiriens Tanella Boni, la renommée des écrivaines ivoirienne ne connaît plus de frontières. Au nombre de celles qui sont les plus connues, mentionnons Anne-Marie Adiaffi, Véronique Tadjo, Flore Hazoumé, Gina Dick ou encore Jeanne de Cavally, Micheline Coulibaly et Assamala Amoi qui ont écrit de nombreux ouvrages pour les enfants, ...

A signaler aussi les recherches historiques d' Henriette Diabate qui a écrit un intéressant petit livre sur La Marche des Femmes sur Grand Bassam.

Retour en haut

Imprimez cet article
Envoyez cet article à un ami
  Condition d'utilisation | Proposer Réseau | Contactez-nous
Copyright © 2005 A.M.N Ltd - Tous Droits Réservés.